Puisqu'il parait que moi aussi je me fais rare ;-)

4 semaines de cours derrière moi, j'ai l'impression d'être dans les oscillations... un coup je suis ravie, la fois d'après désespérée, puis de nouveau ravie, puis assez angoissée... c'est rude comme boulot!
Difficile pour moi de voir les élèves "entre 2 portes", de sentir des choses et de ne pas avoir le temps de les préciser, d'avoir des projections, des représentations, qui émergent et parasitent ce que je voudrais être fluide. Difficile d'avoir à peine le temps de mémoriser leurs visages, de les associer à leurs noms. 1h30, face à des ados, une fois par semaine, c'est court, très court. Surtout vu l'ampleur du programme prévu sur ce laps de temps!
Enfin, j'enfonce sans doute des portes ouvertes, diront les "anciens".
Ou d'autres que je me prend la tête, que je n'ai qu'à faire comme ci ou comme ça, n'est-ce pas, ils ne sont que des "gamins" après tout, c'est moi qui "commande"...
Ca remue beaucoup à l'intérieur.

Et puis à côté de ça des enfants qui commencent à s'habituer à leur nouveau rythme, celui imposé par une maman plus au foyer.
Même si pour le grand, nous nous sommes décidés à consulter pour certains comportements qui posent question chez pas mal de monde autour, alors on y va aussi un peu pour arrêter de s'en poser, des questions. Au moins ce sera "dit".

Et aussi les problèmes de cadre, ce cadre dont je peine tant à me détacher depuis des années, et que je dois aussi réinventer, pour eux, mes enfants, pour moi, et aussi pour eux, mes élèves.
Une grosse année de chantier personnel en perspective...
Entre tout ça, je tricote, je tricote... le fil est un lien doux au toucher, douceur tactile qui adoucit le quotidien... et je couds trèèèès épisodiquement. Il va pourtant falloir que je me mette à ma veste d'automne, le tissu est de côté depuis les soldes de l'an dernier. Et aussi à ma promesse de trench-coat pour une minette dont la maman se reconnaitra! Je pourrais dire que j'attends ma surjeteuse, partie en réparation après 5 années de bons et loyaux services, elle était un peu fatiguée. Mais je sais bien que pour ça, un bonne vieille machine à coudre est largement suffisante. Et puis il y aurait aussi pas mal de layette à produire, vu les bonnes nouvelles qui fleurissent un peu partout autour de moi. Un bouquet de petites filles assez impressionnant! Et quelques petits gars aussi... toutes ces nouvelles qui me confirment d'ailleurs que pour moi, ce n'est vraiment pas mon tour!!!! et que je le souhaite très fort pour d'autres.